Journalisme

Etudier dans le domaine Journalisme

Service d'orientation en ligne

Journalisme : guide des écoles et formations

Journalisme : guide des coles et formations

Secteur d'activité

Le journaliste recueille les informations, les vérifie et leur donne forme pour les diffuser auprès d'un public. Ce métier -du moins en théorie- permet d'associer le travail de terrain, les rencontres et l'écriture. Car l'écriture est essentielle dans tous les médias, y compris la télévision et la radio !

Cependant, la réalité du métier est plus complexe. Une seule profession cache en vérité une très grande variété de tâches, sujet, forme médiatique et environnements de travail. Beaucoup de journalisme ne vont pas sur le terrain et effectuent leurs recherches depuis leur ordinateur et leur téléphone.

Les difficultés économiques du secteur sont grandes, particulièrement en presse écrite. Les nouveaux médias interactifs n'offrent pas non plus une alternative miraculeuse, car l'équilibre financier est très difficile à trouver.

Dans ce contexte la polyvalence est plus que jamais essentielle. Il faut maîtriser tous les supports (images, sons, textes, infographies) et parfois les faire coexister.

Diplômes en journalisme

Des écoles et des universités délivrent des diplômes dans le domaine du journalisme.

  • Licence professionnelle (bac+3) : le diplôme s'obtient en trois ans après le bac au sein d'universités, d'IUT (Institut universitaire de technologie) et de certaines écoles de journalisme.
  • Master (bac+5) : l'accès à l'école ou en université se fait généralement sur concours ou dossier. Les candidats doivent au moins posséder une licence dans n'importe quel domaine (sciences humaines, langues, droit, etc.) Les profils sont extrêmement divers ! 

S'il est en théorie toujours possible de ne pas passer par la case « diplôme », les journalistes autodidactes sont devenus très rares. Les stages leur sont difficilement accessibles et la concurrence des diplômés sortis d'écoles reconnues très forte. L'évolution du métier exige aussi des compétences de plus en plus pointues.

Certains se lancent dans la quête de piges (rémunérations à l'article), espérant éventuellement obtenir un véritable contrat (CDD ou CDI) dans une rédaction. Là aussi, la concurrence est féroce. La presse professionnelle offre un peu plus d'opportunités.

La carte de presse constitue un précieux sésame. Elle certifie l'identité professionnelle du journaliste, et facilite l'accès à certains lieux (musées, conférences de presse, etc.) La carte de presse est délivrée par la CCIJP (Commission de la carte d'identité des journalistes professionnels). Elle est renouvelable chaque année.

Les conditions requises pour l'obtenir sont :

  • L'exercice de la profession depuis trois mois consécutifs
  • L'activité journalistique doit être la principale source de revenus (plus de 50%)
  • Être salarié dans une entreprise ou une agence de presse

Types d'écoles

Seuls 15 % des professionnels en exercice ont fait une école privée. La proportion d'autodidactes est toutefois plus importante chez les professionnels plus âgés.

Une majorité de jeunes journalistes fraîchement diplômés est passée par l'université (en lettres, histoire, droit, sciences humaines, sciences politiques et bien d'autres domaines). Cette formation leur permet d'acquérir une bonne culture générale.

Avec une licence en poche, il peuvent postuler aux concours des 14 écoles reconnues par la convention collective des journalistes. 

Certains établissements publics sont peu coûteux et donc très sélectifs. On retrouve en tête de liste le CELSA (rattaché à l'université Paris IV) et l'IEP de Paris, mais aussi les IUT de Lannion et de l'IUT de Tour, etc.

Le CFJ de Paris et l'ESJ de Lille comptent parmi les écoles privées. Le recrutement se fait souvent à partir d'une licence (bac + 3), mais aussi au niveau master.

Quatorze écoles de journalisme sont reconnues par la profession :

  • CELSA (Master option journalisme) : établissement universitaire public
  • CFJ Paris (Centre de Formation des Journalistes) : école privée.
  • CUEJ (Centre Universitaire d'Enseignement du Journalisme de Strasbourg) : établissement universitaire public.
  • EDC (Ecole de journalisme de Cannes – IUT Nice Côte d'Azur) : établissement universitaire public.
  • EJDG (Ecole de journalisme de Grenoble) : établissement universitaire public.
  • EJCAM (Ecole de Journalisme et de Communication d'Aix-Marseille) : établissement universitaire public.
  • Ecole de journalisme de Sciences Po Paris : Fondation nationale des Sciences politiques.
  • EJT (Ecole de Journalisme de Toulouse) : établissement privé. 
  • IUT de Tours : établissement universitaire public.
  • Institut de Journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA) : établissement universitaire public.
  • IPJ (Institut Pratique du Journalisme de l'Université Paris-Dauphine) : établissement privé.
  • ESJ (Ecole Supérieure de Journalisme de Lille) : établissement associatif.
  • IUT Lannion : établissement universitaire publique 
  • IFP (Institut Français de presse) : établissement universitaire public.

Par ailleurs, l'accès à ces écoles est difficile. Des préparations privées ou au sein d'universités, souvent onéreuses, sont proposées.

A titre d'exemples :

  • IPESUP (Institut privé de préparation aux examens et concours de l'enseignement supérieur) : l'établissement privé offre une préparation aux concours d'entrée des écoles de journalisme. Coût : 2900 euros.
  • ESJ Lille (Ecole supérieur de journalisme) : cette école de journalisme propose une télépréparation (préparation à distance) pour les concours. Coût : de 580 à 1280 euros.
  • Prépa Egalité des Chances : ce dispositif s'adresse aux étudiants boursiers. Chaque année, l'ESJ Lille sélectionne une trentaine de candidats. Coût : gratuit.

D'autres écoles de journalisme et universités délivrent également des diplômes (licences et masters professionnels). Mais elles ne sont pas reconnues par la profession. Elles ne bénéficient pas de partenariats avec les médias pour les stages. Méfiance !

Dynamisme du secteur

La presse spécialisée et technique se porte mieux que la presse d'information générale, qui souffre de la concurrence d'internet, des journaux gratuits et du changement des modes de consommation de l'actualité.

Longtemps présenté comme un eldorado, le web journalisme présente aussi des difficultés, et des horizons d'infinis possibles. Le contexte actuel est morose et le métier traverse à n'en pas douter une crise, mais il en a connu d'autres.

Métiers du journalisme

Les métiers du secteur du journalisme sont divers :

  • Blogueur
  • Documentariste
  • Journaliste reporter d'images
  • Photojournaliste
  • Producteur d'émission
  • Présentateur
  • Rédacteur
  • Rédacteur web
  • Secrétaire d'édition
  • Secrétaire de rédaction
  • Chef de service
  • Rédacteur en chef

Qualité requises

Le métier de journaliste nécessite d'avoir de bonnes qualités rédactionnelles, une solide culture générale, le sens de l'autonomie et de la curiosité.

L'éthique de la personne sont essentielle dans un secteur où l'accélération des tâches peut gravement nuire à la qualité de l'information.

Si vous souhaitez travailler sur l'actualité internationale, la maîtrise de langues étrangères est indispensable.

Enfin la maîtrise des outils et réseaux sociaux demeure incontournable,,quel que soit le média envisagé.  

Recherchez et trouvez votre future école

253 écoles proposent une formation dans le domaine Journalisme

Il y a 280 formations dans le domaine Journalisme sur Etudinfo. Veuillez spécifier une région ou un niveau de diplôme pour afficher les écoles les plus pertinentes.

Recherchez et trouvez votre future école

Donne ton avis sur ton établissement

Nom de l'école *

Formation suivie

Année d'entrée

Note globale *

Lieu du campus


Votre avis * : 200 caractères minimum

Que pensez-vous de votre école ? Parlez de la qualité des cours, du corps enseignant, de la vie étudiante. Argumentez votre propos et dites nous ce qui vous a plu et déplu.

Recommandez-vous cette école ? *

   

Plus tard